Marche à Londres

03 août 2006

Law of work (mercredi 26 juillet 2006)

Après un dimanche « glandage », ou zonage, comme vous voulez (Internet, paillasse, nettoyage intérieur,...), une semaine de labeur recommence, toujours sous la canicule de cet été particulièrement généreux en soleil, après avoir boudé l'Europe tout l'hiver.
Les recherches de nouveaux boulots on ralenti, par ma faute. Le soir, je rentre, et vu la chaleur, j'ai manqué de punch pour m'y remettre. Puis les cv's dans les théâtres et ciné n'ont pas fonctionné jusqu'à maintenant. Ce n'est pas trop étonnant, un des managers m'avaient dit que les équipes étaient en général au complet pour l'été et que septembre, lors de la nouvelle saison, donnerait plus de possibilités. Je ne désespère pas, loin de là.
Mais des éléments m'incitent à m'activer à nouveau sérieusement.

Je ne suis pas un syndicaliste, quoique je reconnais l'importance de toute force pouvant contrecarrer un pouvoir quelconque. Principe d'équilibre et de saine démocratie!
Toujours est-il que même sans être syndiqué, je connais les lois et je sais frapper à quelles portes pour avoir les informations et revendiquer mes droits.

Je dois admettre une avancée positive, c'est que le Gavroche fait la démarche auprès des administrations pour que nous obtenions un Numéro d'Assurance National (NN), précieux sésame pour obtenir d'autres jobs auprès des employeurs. Et j'ai un compte en banque en Angleterre, autre démarche importante qui facilitera mon embauche.
Par contre, après enquêtes sur Internet, je me suis rendu compte que j'étais payé sous le minimum légal; de peu, mais tout de même.
Puis, les heures supplémentaires que font la plupart des serveurs ne sont pas payées... je m'en tire bien, je fais mes quarante heures et basta.
Les runners du soir font par contre près de cinquante heures semaine pour le même salaire.
Le nettoyage de « l'uniforme » à nos frais est assez étonnant aussi.
La façon de virer certains membres du personnel (en moins de deux mois, j'ai vu neuf candidats au service, virés ou partis du jour au lendemain) n'est pas très correcte non plus. Après dix jours d'essai, ils sont sensés donner un préavis d'une semaine.
J'épluche donc mon contrat, car il n'est pas question de signer un papier illégal aux yeux de la loi. Je rappelle qu'il existe aussi des lois sur le travail en Angleterre, même si elles sont moins développées qu'en France ou en Belgique.

Ils devraient mieux lire mon cv: Licence en Sciences du Travail, ça veut dire quelque chose!
Je suis donc passé au Jobcentre plus, sorte de forem qui répertorie les offres d'emploi, qui offre un service juridique, une assistance à l'embauche, toutes ces démarches étant gratuites...

2 Comments:

  • Le nettoyage de l'"uniforme", c'est aussi le cas en France...ça m'a jamais spécialment choqué, maisb c'est vrai que c'est pas hyper correct. Disons que comme tu le gères toi meme et tu le salis toi meme, tu le laves toi meme.

    By Anonymous trichoco, at 21:51  

  • c'est vrai mais mes parents qui ont eu des employés devaient nettoyer les tabliers et ça me semblait logique dès le moement où on ne l'utilise que pour le travail (le tablier ou la veste de runner, dans la rue, bof)

    By Blogger Joe, at 21:14  

Enregistrer un commentaire

<< Home