Marche à Londres

22 décembre 2006

Hostel (mercredi 20 décembre 2006)


Une rapide analyse donnerait des résultats surprenants, et totalement erronés.
Dans les transports en commun, une quantité assez importante de navetteurs dort à toute heure de la journée.

Nous pourrions un peu trop facilement en conclure que le Londonien a besoin de dormir beaucoup. D'autres se risqueraient même à le considérer fainéant. Certains se croyant plus éclairés démontreraient que c'est un problème de literie, la qualité anglaise en ce domaine pouvant laisser à désirer. Les derniers tenteraient maladroitement de voir une preuve supplémentaire de la décadence anglosaxonne.
Il n'en est rien. La raison est plus pragmatique: puisque les Londoniens doivent souvent parcourir de longues distances pour aller au travail, ils rattrapent le temps perdu sous la couette sur les banquettes des métros ou des bus. Sans compter que pour vivre à Londres décemment, le régime des trente-cinq heures n'est pas concevable.
Ne croyez pas pour autant qu'ils sont malheureux, tristes, opprimés ou tout autre qualificatif péjoratif. Ils sont juste fatigués.

Pour moi aussi, avec l'appartement trouvé à Putney Vale, les parcours pour le travail se sont allongés, tout en y ajoutant le travail qui nécessite de fréquents déplacements. Il m'est donc arrivé aussi de m'assoupir dans l'une ou l'autre rame de métro.
Pour éviter ces désagréments et limiter les déplacements, comme la location venait à échéance, j'ai fait le choix pour les derniers jours de les passer à l'hôtel.
Non pas pour des goûts de luxe, mais afin de me rapprocher du centre, et d'optimaliser le temps en fin d'année.
Je ne suis pas au Ritz, mais dans un petit hôtel tenu par des Pakistanais, offrant des chambres très convenables avec une jolie vue sur une rue intérieure, et proposant un petit déjeuner anglais comme j'en attendais.
Je suis à dix minutes d'Hyde Park, et à cinq minutes du bâtiment Orange-Paddington.
Cela m'a permis aussi de rompre le sempiternel métro-boulot-dodo.
C'était nécessaire de rester éveillé car...

3 Comments:

  • l'adresse de l'hôtel m'intéresse.
    Londres, Paris, NY, ... ils économisent au maximun leur énergie productive (job or not job)
    ça est la question

    By Anonymous veronike, at 08:45  

  • Car...? Car quoi? T'as le chic pour mettre un suspense à la fin! ça doit être ton éducation belge!
    Si tu dis la suite, je te donne l'adresse d'uun bon hôtel sur Paris!

    By Anonymous Trichoco, at 11:17  

  • Alors, dans l'ordre: Barry House Hotel, à Sussex Place (il est sur Internet).
    La suite?? hé, hé, la voilà aujourd'hui!
    c'est comme dans les bds, le suspense en fin de page ;)

    By Blogger Joe, at 10:31  

Enregistrer un commentaire

<< Home