Marche à Londres

03 août 2007


ça fait un bail n'est-ce pas? Vous avez raison. Seulement voilà, je me rends compte que je ne pouvais pas passer sous silence le week-end du 16 juin. Oui, Londres, ce n'est pas vraiment fini pour moi.

Pour y vivre, oui, c'est mis entre parenthèses. Par contre, y retourner dire bonjour à des amis, continuer de visiter et de découvrir des magnifiques coins, ou des aventures extraordinaires, oui, ce n'est pas fini.


En mars, j'y étais déjà retourné, mais j'ai remis cela en juin. Et en plus, j'avais une place de concert pour le samedi 16. Et pas n'importe quel concert!


En fait, quand je dis que j'avais le ticket, ce n'est pas réellemnt exact. J'avais en fait la preuve d'avoir acheté un ticket. En décembre, c'était trop tôt que pour imprimer le billet. Le ticket, je ne l'avais donc pas. Mais avais-je demandé qu'ils me l'envoient à mon ancienne adresse ou qu'ils le gardent? Je ne savais plus.


Comme pour Placebo, il fallait que je fasse le tour de Londres à nouveau pour rencontrer un ancien flatmate, qui avait du courrier mais pas d'enveloppe avec mon fameux sésame.

Je m'en suis donc allé à Wembley Arena, avec seulement cette preuve de paiement. En attendant l'heure d'ouverture, j'ai bu un godet avec un pote, qui a pas trop mal réussi puisqu'il travaille maintenant pour Mickey. En fait, ce Français est engagé par le groupe Disney pour la programmation de la chaîne de sport IESP en Europe. Pas mal, le gars.


Mais l'heure arrivait, et la première tuile tombait dessus, pensai-je. Le bureaux étaient fermés. Cependant la foule qui se dirigeait vers le stade me mit la puce à l'oreille. Le concert avait cette fois-ci lieu dans le Wembley stadium, fraîchement inauguré quelques jours plus tôt avec George Michael. Le stade flambant neuf? Non, je n'allais pas rater cela, tout de même?


J'ai donc demandé le chemin pour les guichets du stade, et les frayeurs se sont estompées rapidement, puisque le ticket m'y attendait. Taïaut, je m'en allais à la conquête du nouveau paquebot dédié au foot.


Impressionnant, imposant, magnifique! L'enceinte est immense et c'est près de 70 000 personnes qui s'y amassèrent ce soir-là pour un show phénoménal de leur groupe favori pendant deux heures.


Le stade est une large enceinte ovale, garnie de milliers de sièges rouges, surplombée par un arc aperçu de loin au nord de Londres. Dans les années à venir, les alentours du stade se développeront encore par de nouveaux quartiers de logements et de commerces.

De la pelouse, je n'ai rien vu, mais par contre, la scène pour le show était énorme.


Je me trouvais bien à cinquante mètres, au niveau de la régie centrale, au milieu du stade. Pas trop mal mis pour voir malgré tout, d'autrant qu'aucun Teuton ou Hollandais ne me gênait la vue (vous avez déjà remarqué en concert comme les Germains sont grands? Bon sang, si en 40 ils avaient déjà une telle taille, ça devait impressionner, c'est sûr).

L'entrée des artistes est réglée au millimètre, et je les vis d'autant mieux qu'ils apparurent à quelques mètres de moi, au milieu de la régie, pour rejoindre la scène.


MUSE était là, et c'était parti pour un concert exceptionnel, premier groupe à s'y produire.

Vous avez un extrait du début du concert, grâce à youtube, ci-dessous.

Rhââ, quel bonheur!



2 Comments:

  • Londres for ever ...difficile d'oublier cette fabuleuse cité !

    By Anonymous Tietie007, at 20:51  

  • merci de passer par ici.
    Là, c'est de bruxelles que j'écris, mais quand je vais à Londres, je reposterai, I promise!

    By Blogger Joe, at 13:06  

Enregistrer un commentaire

<< Home