Marche à Londres

17 septembre 2006

God will be with you! (dimanche 10 septembre 2006)

cliquez ici
Alors que j'ai déjà parlé du déménagement, je reviens un peu en arrière, le dimanche passé.
Je n'ai pas eu une crise de foi, non. Je me portais comme un charme. Mais je voulais connaître une célébration en Angleterre.
J'ai raté une messe gospel en Louisiane, je ne raterai pas un office religieux en Grande-Bretagne.
Au départ, je pensais aller dans une église anglicane, histoire de découvrir le « folklore » d'une eucharistie protestante à Londres. Mais comme je ne connais pas les rites de leurs célébrations et que je suis encore un peu novice en anglais, pour éviter d'être ridicule, j'ai préféré jouer l'assurance en me dirigeant vers l'église catholique, proche de 150 mètres de l'autre bâtiment religieux, près du cimetière dont j'ai déjà évoqué les personnages prestigieux enterrés là-bas (se reporter au texte Finding Neverland en juillet). L'oecuménisme sera pour une autre fois.

Comme c'était mon dernier jour à Hampstead, je m'étais levé assez tôt (enfin, je me lève toujours assez tôt), histoire de ne pas rater le début à dix heures. L'inconnu du coin qui débarque en retard n'aurait pas fait très sérieux.
La petite église à la façade blanche se situe dans une petite rue très calme, pas uniquement le dimanche. J'arrive cinq minutes à l'avance et je suis déjà frappé de voir le monde s'y engouffrer et surtout le nombre de jeunes familles avec enfants. Un retour à la foi en Angleterre? une démarche mystique ce jour précis? Un événément important? Ou simplement un quartier très fervent défenseur de la doctrine papale? Ce jour-là, en tout cas, l'église ne suffisait pas à contenir tous les fidèles: plusieurs d'entre eux étaient debout pour l'office et attendaient au fond de la petite église. L'église comptait bien deux cents personnes. Impressionnant, moi qui avais eu l'habitude de voir dix scouts, quatre personnes âgées et deux nonnes à la messe de ma paroisse à Bruxelles le dimanche matin.

La réponse allait venir rapidement. Après avoir « bourlingué » dans d'autres coins de Londres, le jeune prêtre de ... cinquante-trois ans, officiait pour la première fois dans sa nouvelle paroisse et les « fidèles » étaient accourus pour le rencontrer.
Avec un sang-froid étonnant, les lectures, les chants et l'homélie se sont déroulées dans un brouhaha stupéfiant. Amazing, comme m'a dit la voisine qui venait pour la première fois aussi, fraîchement installée dans le quartier avec sa petite famille. Sa fille était d'un calme olympien et elle devait être la seule enfant silencieuse dans l'église.
Cris, pleurs, paroles incessantes formaient plus qu'un bruit de fond tout au long de l'eucharistie. Le va-et-vient incessant de mamans ou papas tentant de consoler ou calmer leur petit chérubin rendait la situation trop cocasse pour un recueillement spirituel. J'avais plus l'impression de me retrouver dans une crèche que dans une église.
Le prêtre, imperturbable, sans doute heureux aussi de voir la relève et le monde s'entasser dans son église a continué jusqu'au bout.
Je n'ai pas compris grand chose, pas seulement par la faute de ma maîtrise de l'anglais.

Il faudra que j'essaie absolument une messe anglicane. Il y a moyen de bien s'amuser aussi.
Deux, trois photos, un petit tour du quartier et je faisais mes valises, car début d'après-midi, Tim, l'étudiant de vingt-neuf ans de l'appartement d'Hampstead, me conduisait au sud est, dans la nouvelle demeure.

2 Comments:

  • Hey Joel, si tu vas rester le dimanche 31 sep, tu peux visiter 'notre' église à Coventry (même que elle n'est pas anglicaine)... ;) Coventry est vraiment plein d'églises...

    By Anonymous FunkyPhantom, at 19:51  

  • Mais voilà une bonne idée; Je note.
    Je prendrai sans doute les tickets cette semaine, sauf s'il y a une belle promotion plus tard.
    Départ samedi30.09 14 heures, retour dimanche01.10, 15 heures??

    By Blogger Joe, at 22:39  

Enregistrer un commentaire

<< Home